La filancée américaine d’Éric Dupont

Page 1 à 40, on fait dans le folklorique et sympathique. C’est plein d’humour et de bienveillance. J’adore. Les lettres, ça m’a moins branchée. La fin est un peu bonbon. Je n’ai pas tout compris.

J’ai beaucoup aimé.

Capture d'écran 2020-02-09 08.54.33

 

Publicité

La Trilogie berlinoise de Philip Kerr

C’est une brique, mais ça se lit très bien. J’étais captivée. Toutefois, les femmes ne sont, dans ce roman, que des accessoires. Ça sent la misogynie.

Capture d'écran 2019-11-11 00.51.51


Les derniers jours de nos pères de Joël Dicker

Je découvre un Joël Dicker bien différent de celui des Baltimore, dont je garde un impérissable souvenir. J’ai lu avec plus ou moins d’avidité. C’est peut-être parce que le récit se déroule pendant la Deuxième Guerre mondiale et que j’en ai ras le bol de lire sur cette guerre. Il me semble que beaucoup de romans français nous ramènent à cette époque.

Capture d'écran 2019-11-23 11.10.38


Ils partiront dans l’ivresse de Lucie Aubrac

Le ton est un peu guindé. C’est probablement l’époque. Le féminisme est surprenant. On ne peut pas demander qu’il soit celui de 2018.

Il y a des longueurs, mais je suis contente d’avoir lu. On ne devrait pas passer à côté de ces histoires qu’il faut lire, dire et surtout ne pas oublier.