Trois jours et une vie de Pierre Lemaitre

J’ai du de la difficulté au début. Il a fallu que je saute des pages. Après c’était bien écrit. J’ai lu rapidement et trouvé le héros sympathique, la mère du héros, épaisse.

Ce n’est pas une histoire qui finit bien. Ça m’a rappelé que quand on est petit, on pense que nos parents n’ont rien vécu.

Publicités

Les derniers jours de nos pères de Joël Dicker

Je découvre un Joël Dicker bien différent de celui des Baltimore, dont je garde un impérissable souvenir. J’ai lu avec plus ou moins d’avidité. C’est peut-être parce que le récit se déroule pendant la Deuxième Guerre mondiale et que j’en ai ras le bol de lire sur cette guerre. Il me semble que beaucoup de romans français nous ramènent à cette époque.


13 heures de Deon Meyer

Ce n’est pas le meilleur polar. Ce n’est pas particulièrement palpitant. Ce n’est pas particulièrement bien écrit. Mais il y a du rythme. Ce n’est pas ennuyant. C’est idéal pour le bord de piscine ou la plage.


Jours sans faim de Delphine de Vigan

J’ai lu comme on lit un roman, même si l’anorexie n’a rien de romanesque…


La petite fille de Monsieur Linh de Philippe Claudel

J’avais adoré cet auteur. Ce roman m’a moins plu. J’ai eu mal à toutes les pages.


On ne voyait que le bonheur de Grégoire Delacourbe

C’est une écriture de proximité. On a l’impression d’écouter un ami. Les propos sont touchant.

L’histoire est dure. J’ai eu mal. J’ai souffert. Et pas à cause de la violence. J’ai quand même (Robert n’y comprends rien) beaucoup aimé.


Mille jours à Venise

Je l’ai lu pour Venise.