L’arbre du pays Toraja de Philippe Claudel

Ce qu’il écrit bien! C’est un long dédale de réflexions, mais quand même facile à digérer. En québécois on dirait « C’est songé. »

Ça rejoint mes préoccupations actuelles. La connexion s’est faite. Le courant a passé. Il m’a touchée. J’ai aimé sa réflexion originale sur avancer en âge (Comming of age comme on dit aux US quand on a 18 ans?), la déchéance du corps, quitter le monde, seule façon de laisser place à la continuité.

Cela dit, c’était légèrement déprimant, mais j’ai aimé quand même.

Publicités