Comment financer la formation à distance gratuite?

L’article commence comme suit :

THE phenomenal success of a  »crazy idea » by a Stanford University professor, Sebastian Thrun, to open free online enrolments in his artificial intelligence course has pundits sounding the death knell for higher education as we know it.

Nous sommes tous pour ce genre d’initiative, moi la première. Ce qu’il faut savoir c’est que Sebastian Thrun a reçu un salaire de professeur et de sa propre initiative il a décidé d’élargir la diffusion de son cours. C’est vraiment génial, mais si tous les profs se mettent à donner des cours gratuits, qui voudra leur verser un salaire?

http://www.theage.com.au/technology/technology-news/rise-of-online-teaching-sets-a-clicking-pace-for-universities-20120427-1xqae.html

La discussion sur les frais de scolarité nous sépare en deux clans, les « pour » et les « contre ». Le malheur c’est qu’en polarisant le débat autour des frais de scolarité, on ne parle pas de tout le reste. On oublie de réinventer un système d’éducation qui en aurait bien besoin. C’est vraiment dommage.

Publicités

Un App pour publier sur WordPress

Un test réalisé à partir de mon téléphone Galaxy Nexux, une photo qui est trop belle pour être retirée du blogue! Vive le printemps!

image


Un plan de classification pour mes documents personnels

Voici une reprise d’un article que j’avais publié sur un autre blogue en septembre 2011 mais qui est toujours pertinent

Les vacances ont été bonnes quoiqu’un peu courtes! Elles m’ont quand même permis de faire le grand ménage de mon classeur et de modifier mon plan de classification personnel. Voici la petite histoire de mon plan de classification personnel.

1999

Après le décès de ma maman et la découverte de son classeur qui contenait absolument toute l’information pertinente, j’avais décidé de m’organiser moi même pour retrouver mes papiers. J’avais donc élaboré une classification sommaire et informelle qui m’était très utile. Je ne savais pas à l’époque que j’avais un « plan de classification ».

2007

Découverte du plan de classification et de son utilité! Premier effort conscient vers un plan de classification documenté.

2009

Revue du classement du grand classeur et formalisation de mon plan de classification personnel. Le précédent convenait à mes besoins, mais il m’arrivait encore de ne pas trouver rapidement LE fameux papier.

2010

Je fais l’acquisition d’un document qui s’appelle “À vos papiers”. Il a été réalisé par l’ACEF de l’Est de Montréal (514 257 6622). Je l’ai trouvé vraiment intéressant et très facile d’approche. N’importe quel néophyte y trouvera de bonnes idées pour mieux s’organiser. Après consultation, j’ai revu mon plan de classification pour y incorporer les grandes “séries” que me proposait le document.

2011

En début d’été, je fais l’acquisition de “Comment gérer vos documents personnels”. Il est publié par l’AAQ. Il est moins facile d’approche. Il faut avoir quelques notions. Mais il est vrai qu’il est beaucoup plus exhaustif. J’ai de nouveau refait mon plan de classification personnel. Je partage ici avec vous une version épurée. S’il vous inspire, ce sera tant mieux.

mon-plan-de-classification-personnel


The rise of the SuperTemp

« The rise of the SuperTemp » est un article qui est paru dans le Harvard Business Review de mai 2012. D’après les auteurs, de plus en plus de professionnels choisissent de devenir des agents libres et le marché du travail est en train de s’adapter. La raison serait toute simple : s’engager pour travailler sur des projets est en train de devenir plus intéressant que de s’engager pour travailler sur un seul projet corporatif.

Dans la liste des principaux avantages dont bénéficient les agents libres, on retrouve la réduction des heures passées en réunion :o) ainsi que la possibilité de se mêler le moins possible des enjeux qui sont politiquement très délicats.

Ce qui motive les individus à devenir des agents libres serait avant tout la possibilité de choisir ses projets, de choisir ses clients et de travailler à son rythme. Il est vrai que quand on est à l’emploi d’une société, la vie professionnelle est très intense et elle est continue. Elle n’a ni début ni fin. Les années sabbatiques sont généralement mal perçues par les superviseurs et parfois aussi par les collègues. Décrocher pour mieux raccrocher est une option qui se matérialise rarement.

Les bénéfices pour les sociétés sont nettement au rendez-vous.  Les coûts d’un agent libre avec de l’expérience sont moindres que ceux d’une équipe de consultants composée de ressources juniors. Il va de soit aussi que la présence d’un seule personne expérimentée est beaucoup moins envahissante que celle d’une équipe de plusieurs personnes. L’embauche d’une ressource temporaire convient particulièrement aux projets dont le risque est élevé. Avant de s’avancer trop vite dans une avenue qui n’est pas maitrisée, la société aura tout avantage à faire des essais ainsi qu’a dresser un inventaire de ses options. Ainsi, les sociétés peuvent faire des investissements minimes et déterminer ensuite si le risque en vaut la chandelle.

Au nombre des difficultés à surmonter, on mentionne les aspects qui sont reliés à la confidentialité ainsi que l’organisation du travail qui n’est pas toujours favorable à l’arrivée des agents libres.

En conclusion, si on fait l’hypothèse que l’agilité et l’innovation sont les principales façons d’alimenter la productivité et la croissance de l’économie, alors il faut se dépêcher de faire une place dans nos milieux de travail pour l’arrivée des SuperTemp. Nous avons tous beaucoup à gagner.

Pour lire le début de l’article >>> http://hbr.org/2012/05/the-rise-of-the-supertemp/ar/1