Des vents contraires d’Olivier Adam

Aujourd’hui était une journée ordinaire. J’ai pris le train. J’ai travaillé dans le train.

Puis j’ai ouvert ce livre que mon amie Pascale m’a prêté et j’ai lu le premier chapitre et j’ai pleuré.

On ne se refait pas une vie

J’ai lu comme on écoute une berceuse triste, en souffrant et en sachant que la vie est plus forte que la mort. Il n’y a pas d’intrigue, mais je l’ai lu comme un « page turner ».

Quelques longueurs avec beaucoup de paysage de bord de mer : la mer, les vagues, le vent, la plage, les poissons. Il faut aimer les atmosphères de station touristique abandonnée. J’ai pensé à Saint-Sauveur qui se transforme complètement sous la pression des vacanciers.

Les mots sont bien choisis. Le ton est celui de la confidence. Je me suis sentie proche du héros. J’ai aimé lire.

Publicités


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s