L’énigme de la chambre 622 par Joël Dicker

Un peu guimauve, mais bonne intrigue. Ce n’est pas son meilleur.

J’ai adoré le dernier paragraphe. Ce n’est pas du divulgâchage.

« La vie est un roman dont on sait déjà comment il se termine: à la fin, le héros meurt. Le plus important n’est donc pas de comment notre histoire s’achève, mais comment nous en remplissons les pages. Car la vie, comme un roman, doit être une aventure. Et les aventures, ce sont les vacances de la vie. »

Publicité

Robe de Marié de Pierre Lemaitre

Les enfants assassinés, ce n’est pas pour moi.

Ce n’est pas un livre qu’on lit avant de fermer la lumière. Il a fallu que je l’apporte à la piscine. Le timming a été bon.

Début lent. Histoire franchement tordue. J’ai sauté des paragraphes. À la fin, je lisais avec avidité.


Testament à l’anglaise de Jonathan Coe

La traduction n’est pas mauvaise. L’histoire est un peu longue, mais c’est parce que les personnage sont nombreux et abondamment couverts.

J’aime l’atmosphère « British », un peu parapluie dans le derrière, les orages, les éclaires et les trombes d’eau. Je n’avais pas vu venir la fin. Des trois livres que j’ai attaqués en parallèle. C’est mon favori.

J’ai exceptionnellement hésité entre 2 cotes et donc choisi les deux :o)


Toutes les familles heureuses d’Hervé Le Tellier

Vraiment sympathique ce survivant d’une famille … particulière. En lisant j’ai pensé que quand on est enfant unique, on découvre rapidement qu’on est seul.

J’aime beaucoup la façon de dire. C’est drôle, mais pas hilarant. C’est triste, mais d’une façon qui donne envie de continuer à lire.