Femme forêt d’Anaïs Barbeau-Lavalette

Contrairement à ce qui est écrit sur la jaquette, ce n’est pas son troisième roman. C’est un long poème métaphorique et sans rime sur les jours qui s’égrènent et la vie qui avance. J’ai sauté plusieurs paragraphe.

J’avais beaucoup aimé la femme qui fuit, mais là j’ai abandonné.



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s