Les derniers jours de nos pères de Joël Dicker

Je découvre un Joël Dicker bien différent de celui des Baltimore, dont je garde un impérissable souvenir. J’ai lu avec plus ou moins d’avidité. C’est peut-être parce que le récit se déroule pendant la Deuxième Guerre mondiale et que j’en ai ras le bol de lire sur cette guerre. Il me semble que beaucoup de romans français nous ramènent à cette époque.

Capture d'écran 2019-11-23 11.10.38



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s